L’immigration jouera un rôle clé après la pandémie, dit le ministre Mendicino

Le rôle que les travailleurs immigrants jouent pour permettre au pays de poursuivre ses activités pendant la pandémie de COVID-19 est la preuve de la nécessité d’une immigration vigoureuse, a déclaré vendredi le ministre fédéral de l’Immigration, Marco Mendicino.

Bien que la santé et la sécurité des Canadiens doivent être assurées avant que les portes du pays puissent être rouvertes aussi largement, elles le seront, a déclaré M. Mendicino.

Il croit que les Canadiens le souhaitent.

« L’immigration, c’est fondamentalement des gens qui se réunissent pour bâtir un pays plus fort, et c’est une valeur durable en laquelle je crois, et j’ai confiance que les Canadiens y croient aussi, que nous verrons perdurer longtemps après que la COVID-19 sera derrière nous », a-t-il déclaré lors d’un entretien avec La Presse canadienne.

Au moment où la COVID-19 forçait la fermeture des frontières et une interdiction de voyager en mars, le ministre Mendicino a rendu public le plan d’immigration des libéraux pour les trois prochaines années.

Ce plan avait établi l’arrivée de 341 000 résidents permanents en 2020, 351 000 en 2021 et 361 000 en 2022, des records.

Ils s’inscrivent dans la lignée des augmentations annuelles du nombre d’immigrants sous le gouvernement conservateur précédent, lorsque les politiciens des deux partis ont pris des mesures pour remédier aux pénuries chroniques d’emplois dans certains secteurs de l’économie.

Mais avec un chômage qui frôle des taux historiques au pays, des questions se posent déjà pour savoir si ces augmentations sont durables.

« Étant donné que la crise économique persistera longtemps après la fin de la crise sanitaire, le Canada peut-il accueillir 1 % supplémentaire d’immigrants et de réfugiés qui s’ajouteraient à notre population dans un avenir prévisible ? », a demandé le porte-parole conservateur en matière d’immigration, Peter Kent, à M. Mendicino lors d’une récente comparution devant un comité de la Chambre des communes.

Source : www.ledevoir.com



Laisser un commentaire